UNE ERREUR JUDICIAIRE OUBLIEE: L'AFFAIRE WILFRID REGNAULT (1817-1818) Agrandir

UNE ERREUR JUDICIAIRE OUBLIEE: L'AFFAIRE WILFRID REGNAULT (1817-1818)

Préface de Jean-Denis Bredin de l'Académie française

HOFMANN ETIENNE


1817-1818 : époque sombre. La France est occupée et se remet difficilement des bouleversements politiques subis depuis 1814; les mauvaises récoltes provoquent la flambée des prix, voire la famine; une recrudescence exceptionnelle de vols et de meurtres entraîne l'encombrement des tribunaux. Le nombre de condamnations atteint des sommets jusque-là inégalés. Dans ce contexte, un fait divers : l'assassinat d'une servante dans un village normand en mars 1817. Quoi de plus banal. Suivent, après l'autopsie, deux mois d'une enquête apparemment sérieuse: une quarantaine d'interrogatoires menés par le maire, le juge de paix, un juge d'instruction, même le procureur; préfet et sous-préfet s'en mêlent aussi et alertent le ministère de la Police. Cependant, les preuves manquent contre l'inculpé, Wilfrid Regnault, un habitant de la commune où a été commis le meurtre ; malgré la faiblesse des charges qui pèsent contre lui, en dépit de ses dénégations, il est condamné à mort sur la base d'un seul témoignage, au demeurant suspect. Tout cela dans l'indifférence pratiquement totale, sauf à Evreux où se sont déroulées les assises. Puis, subrepticement, quelques lignes calomniant le condamné dans le Journal des Débats vont déclencher ce qui va devenir l'affaire Regnault. Les procès se succèdent: pourvoi en cassation, plainte pour calomnie, pour faux témoignage, appel… L'opinion se mobilise, lentement; tant d'autres affaires et scandales la distraient. Un jeune avocat à l'aube d'une belle carrière, Odilon Barrot, se démène pour retarder l'échéance fatale et s'assurer que la grâce royale pourra sauver celui dont il prouve l'innocence. Regnault a été condamné, indiscutablement, à cause de sa mauvaise réputation: on le croit l'un des auteurs des sinistres massacres de septembre 1792! Le maire du village, le marquis de Blosseville, est un ultraroyaliste ; le jury n'était probablement formé que de personnes ayant eu à souffrir de la Révolution. Procès truqué? peut-être pas, mais tout s'est ligué contre un malheureux sur qui le couperet pe


125.00 CHF

Fiche technique

Collection TRAVAUX ET RECHERCHE INST. B. CONSTANT
Format 15x22
No dans la collection 0011
Nombre de volume 1
Nombre de pages 648
Type de reliure relié
Date de publication 25/08/2009
Lieu d'édition GENEVE
Indic. sur auteur original CONSTANT BENJAMIN
ISBN 9782051021081
EAN13 9782051021081