DE L'ÉTABLISSEMENT DES FRANÇAIS DANS LA RÉGENCE D'ALGER

Édition de 1839. Augmentée de pièces provenant des éditions antérieures et des archives d'Outre-Mer. Présentation par Claude Bontems

GENTY DE BUSSY PIERRE


Pierre Genty de Bussy fut non seulement le témoin des premiers temps de la colonisation de l’Algérie par la France, mais il en fut également acteur et narrateur. Second intendant civil de l’Algérie, il y séjourne de juin 1832 à septembre 1834, durant cette période décisive qui déboucha sur la pérennisation de la présence française. Partisan du maintien de la France en Algérie, il est également favorable à l’extension des zones d’influence française. En revanche il est farouchement hostile à l’immigration sans contrôle des Européens. Cette attitude lui vaudra l’hostilité déclarée des diverses sociétés et associations qui, tant en France qu’à Alger, militent pour la mise en coupe réglée du territoire. Les militaires qui se considèrent comme les détenteurs naturels du pouvoir ne lui sont guère plus favorables.

Genty de Bussy est conscient du désordre administratif qui règne alors à Alger. Durant les deux années de son séjour, il s’efforce, avec le peu de moyens humains et financiers dont il dispose, de mettre sur pied un début de structure administrative ce qui lui vaudra des critiques acerbes de la part des libéraux qui ne verront dans son action que contraintes et charges financières insoutenables. Genty de Bussy est présent en Algérie lors de la venue de la « Commission d’Afrique ». C’est cette venue qui donne naissance au présent ouvrage. Il procède en effet d’un volumineux rapport qu’il rédigea à l’attention des membres de la Commission. Tous les aspects de la colonisation y sont exposés ; le discours est étayé par de multiples documents qui à l’époque étaient inaccessibles à tout autre que lui.

L’ouvrage se présente comme une photographie panoramique qui reflète l’Algérie, la Régence d’Alger, selon une perspective économique et politique. C’est l’indispensable complément aux Annales Algériennes de Pellissier de Reynaud qui écrivit sensiblement à la même époque ; ces deux hommes qui partageaient des visions fort proches de l’Algérie, se détestèrent.

L’une des originalités de Genty de Bussy réside dans sa perception de la religion musulmane et du droit algérien ; à rebours du courant orientaliste il considère le Coran comme une oeuvre intelligente et digne d’intérêt et regrettera de n’avoir pu mener à bien son projet d’enquête systématique sur le droit ayant réellement cours à Alger au début des années 1830. En ce sens il fut un précurseur de Hanoteau qui réalisa, pour les coutumes kabyles, le rêve de Genty quarante ans plus tard.

CLAUDE BONTEMS, professeur émérite d’histoire du droit a enseigné plusieurs années à l’université d’Alger. Il s’est spécialisé dans l’étude des institutions algériennes durant les premières décennies de la colonisation française. Grand ami du regretté Claude Collot, il a poursuivi dans la voie ouverte en approfondissant nombre de domaines que ce dernier n’avait pu qu’effleurer.


Livre à paraître



90.00 CHF

Fiche technique

Format15,5 X 23,5 CM
Nombre de volume1
Nombre de pages726
Type de reliureBROCHÉ
Date de publication23/10/2020
Lieu d'éditionGENÈVE
ISBN9782051028646
EAN139782051028646