LES ROMANS DE HOUELLEBECQ ET VOLPI À LA LUMIÈRE DU POSTHUMANISME

TELLO CARLOS


Les différents discours pouvant être associés au posthumanisme se développent principalement à partir des années 1950, et s’expriment tant au travers d’avancées technoscientifiques que de manifestations artistiques et littéraires, voire de positionnements politiques.

Dans ce cadre, la période située entre la fin du XXe et le début du XXIe siècle a été marquée par la parution en 1999 en Allemagne de la conférence Règles pour le parc humain de Peter Sloterdijk, qui a relancé en Europe les débats sur les biotechnologies et l’anthropotechnique. En parallèle, les parutions au Mexique et en Espagne de la trilogie du XXe siècle de Jorge Volpi, En busca de Klingsor (1999), El fin de la locura (2003) et No será la Tierra (2006), et en France des romans de Michel Houellebecq Les Particules élémentaires (1998) et La Possibilité d’une île (2005), portent profondément l’empreinte de cette époque.

Dans ce travail, le posthumanisme est envisagé non seulement comme un sujet qui sert de médiation entre deux œuvres, mais aussi dans sa dimension épistémologique, une dimension présente dans ce corpus romanesque, et que celui-ci permet de reconsidérer.

Carlos Tello est docteur en Littérature comparée et cinéma de l’Université Paris Cité. Ses recherches et publications portent sur la littérature comparée contemporaine et le cinéma, principalement dans une perspective posthumaniste, ainsi que sur la littérature et le cinéma en Amérique latine. Enseignant et chercheur, il est également programmateur de films et fondateur et directeur de l’association Image et Parole et du Festival de Cinéma Latino-américain de Paris (CLaP).


Livre à paraître



55.00 CHF

Fiche technique

EditeurHONORE CHAMPION
CollectionBIBLIOTHEQUE DE LITTERATURE GENERALE ET COMPAREE
Format15,5 X 23,5 CM
No dans la collection0188
Nombre de volume1
Nombre de pages400
Type de reliureBROCHÉ
Date de publication30/08/2024
Lieu d'éditionPARIS
ISBN9782745361714
EAN139782745361714