VOUS NE MOURREZ NULLEMENT

Mythe romanesque. Préface et notes d'Edgard Pich

VERNET FRANÇOIS


Le 27 mars 1945, dans un camp de concentration (Dachau), le corps d’un homme jeune est jeté parmi des dizaines d’autres dans une fosse creusée à cet effet. Quelques jours ou heures plus tôt, alors qu’il finissait de lutter contre la mort, un compatriote, qui venait d’arriver, avait déposé à son chevet un livre au titre aussi dérisoire que symbolique : Vous ne mourrez nullement, tout un espace de vie fait de recherches et d’avancées, périple, odyssée, parcours, déceptions et espoirs, rencontres inattendues, réalité en même temps fantastique et mythologique, métamorphoses incessantes, adolescence sans fin, bonne nouvelle délivrée à l’humanité, avenir, parousie…

Edgard Pich, sort de l’ombre un écrivain, qui a eu le défaut difficilement pardonnable de n’être pas un auteur parisien : François Vernet. Celui-ci – ancien khâgneux et précoce auteur  (19 ans) de poèmes et de nouvelles, d’une pièce de théâtre, acteur et metteur en scène de Claudel (Protée), chroniqueur cinématographique d’un grand journal (Marianne), traducteur d’un roman anglais… – publie au moment où la guerre a commencé à s’achever (mars-avril 1944), Vous ne mourrez nullement, écrit pour l’essentiel pendant l’hiver 1941-1942 et édité par Le Sagittaire. Ce roman de formation articule de façon classique mais en même temps très originale deux perspectives : le héros tente de transformer un ego incertain et provisoire en un ego cohérent et durable, mais cela dans le contexte de structures collectives diverses, toutes plus ou moins mythiques, mais chacune douée d’une forte attractivité. D’où la forme éclatée de l’oeuvre, à l’inverse de la concentration des romans passionnels (de Manon Lescaut à Volupté). Les essais du voyageur-narrateur débouchent ici sur un poème, la célébration d’une « aube » faite d’« or » et de « sang rédempteur » – idéaux relativement incertains, si ce n’est comme une sorte de prémonition inconsciente de sa propre disparition à Dachau.

Le préfacier, Edgard Pich, est professeur honoraire des universités. Il a publié des ouvrages sur le théâtre du XVIIe siècle et surtout sur le XIXe siècle, en particulier les œuvres complètes de Leconte de Lisle, avec des préfaces et une annotation importantes (5 volumes, éditions Slatkine), et a consacré une grande partie de ses activités professionnelles aux relations universitaires internationales.




38.05 CHF

Fiche technique

Format15,5 X 23,5 CM
Nombre de volume1
Nombre de pages324
Type de reliureBROCHÉ
Date de publication09/03/2020
Lieu d'éditionGENÈVE
ISBN9782051028332
EAN139782051028332

Extraits